Hernie discale et ostéopathie : traitement

Hernie discale et ostéopathie : traitement

La localisation de la hernie discale peut se situer sur tous les étages de la colonne vertébrale, cependant on trouve souvent la hernie discale au niveau lombaire et ou cervicale car ce sont les zones les plus sujettes à effort mécanique en mouvement au niveau de notre colonne vertébrale.

 

hernie discale osteopathe pour hernie discale que faire florent schoofs osteopathe pour entorse cheville osteopathe paris 7 osteopathe 75007

 

Définition

 

On trouve souvent des complications associées à la hernie discale tel-que :

  • La névralgie.
  • La paralysie.
  • Le syndrome de la queue de cheval.
  • La sciatique.
  • La cruralgie.
  • La névralgie cervico-brachiale.

 

Cause(s)

 

Les causes de hernie discale peuvent être diverse et variée cependant c’est souvent principalement une de celles-ci :

  • Port de charge lourde.
  • Port de charge répétitif.
  • Mouvement désordonné et brusque du rachis (un éternuement peut suffire !).
  • L’âge et l’usure des disques intervertébraux.
  • La prise de poids massive.
  • La grossesse.
  • Accident mettant en jeu un traumatisme sur la colonne.
  • Déséquilibre postural majeur.

 

Hernie discale : symptome

 

Il est toutefois possible que la présence d’une hernie discale soit plus ou moins asymptomatique tant que celle-ci ne soit pas au contact d’une structure nerveuse ou vasculaire. Néanmoins la localisation de celle-ci engendrera des douleurs cervicales, dorsales ou lombaires plus ou moins chroniques en fonction de l’étage incriminé par la hernie discale. De plus la colonne vertébrale étant une suite d’articulations, des compensations à plusieurs autres niveaux peuvent être à l’origine de douleurs secondaire vis-à-vis d’une hernie discale.

Il arrive fréquemment que la racine d’un nerf rachidien qui émerge de la colonne soit comprimé par le mécanisme protrusif de la hernie ou tout simplement même irrité par le frottement de la hernie (on parle à ce moment de saillie discale protrusive).

En fonction de l’étage vertébral incriminé on parlera donc de sciatique ou de cruralgie avec un syndrome disco-radiculaire. La douleur engendrée sera donc de type névralgique avec une forte douleur sur le trajet plus ou moins complet du nerf (sur le nerf sciatique par exemple on emploiera le terme de sciatique ou sciatique tronquée si le trajet n’est pas complet sur tout le trajet du nerf)

Si le patient est en souffrance avec sa hernie les test majorant la pression sur la colonne seront positif c’est-à-dire augmenterons la douleur (flexion vers l’avant, toux, douleur à la selle, inclinaison et flexion associée douloureuse).

 

Conseil(s) pour la prévention de la survenue d’une hernie discale

 

La hernie discale peut être prévenue par le suivi de quelques recommandations :

  • faire attention à son poids de corps (+/- 5kilo).
  • faire un sport permettant de garder une musculature tonique éviter la course à pied si on est en excédent de poids et privilégier les sports n’ayant aucun ou le moins d’impact au sol (Méthode douce pilates, yoga).
  • pour porter une charge lourde garder le dos droit, se baisser en pliant les genoux.
  • travailler sa posture de travail au quotidien avec une bonne ergonomie.
  • bouger régulièrement en journée au travail éviter les prises de postures prolongées.
  • limiter ou éviter les mouvements de torsion du dos.
  • penser au sac à dos plutôt que de porter des choses de façon désaxer.
  • pousser les objets lourds plutôt que les tirer.
  • privilégier le changement de chaussures régulier et éviter les talons trop haut.

 

hernie discale osteopathe pour hernie discale que faire hernie discale irm florent schoofs osteopathe pour entorse cheville osteopathe paris 7 osteopathe 75007

 

Examen(s)

 

Les examens roi pour diagnostiquer une hernie discale sont le scanner et l’IRM.

 

Hernie discale : traitement ostéopathique

 

  • le recours à l’ostéopathe & à la décompression vertébrale méthode non invasive.
  • la prise de médicaments anti-inflammatoires, antalgiques et myorelaxants.
  • le repos est obligatoire avec une position allongée sur le côté opposée à la douleur avec un coussin entre les jambes au lit. Une hernie simple met environ deux à trois mois pour passer d’une phase algique avec inflammation à une phase non douloureuse.
  • des injections de corticoïdes appelées infiltrations sont pratiquées au niveau de la hernie pour soulager la douleur.
  • des injections de cellules souches sont actuellement essayé dans différents pays avec plus ou moins de succès la France reste en retard.
  • la chirurgie reste le dernier recours mais malheureusement il n’y a pas 100% de bénéfices et les récidives sont de l’ordre de 40% dans les 5 ans.
  • des substances (alcool) ou techniques (laser) peuvent être utilisées pour détruire le disque responsable de la hernie.